Le Piton Maïdo, le lieu idéal pour admirer le cirque de Mafate et vivre un moment à couper le souffle. Dominant les hauts de Saint-Paul, sur la côte ouest, le Piton Maïdo est incontournable : il est l’un des rares points de vue accessibles en voiture de location d’où il est possible d’embrasser la quasi-totalité des 9000 hectares du cirque de Mafate coupé du monde et dépourvu de routes.

Le Piton Maïdo est accessible… Sous réserve d’être matinal !

Pour ne pas entamer une vaine course contre la montre avec les nuages qui envahissent rapidement les remparts et bouchent le panorama spectaculaire tant côté cirque que côté océan, mieux vaut braver la fraîcheur de l’aube et être sur place avant 8 h (jusqu’à 5° au lever du jour entre juin et octobre). Vous pouvez également attendre la fin de l’après-midi.

Si les hauts de l’île sont dégagés – un coup d’œil depuis la plage suffit pour le constater –, programmez cette balade unique en voiture pour assister au coucher de soleil sur la baie de Saint-Paul alors que le cirque de Mafate plonge déjà dans la pénombre. Séquence émotion au Piton Maïdo Inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco, comme toute la zone centrale du Parc national de la Réunion, le Piton Maïdo (« terre brûlée » en malgache) culmine à plus de 2000m. Séquence émotion garantie. Vue à couper le souffle. Dépaysement total.

Le Piton Maïdo c’est d’abord une falaise vertigineuse qui surplombe Mafate de plus de 1000m. Un belvédère unique face au silence du cirque et aux sommets qui l’entourent : le Piton des Neiges (point culminant de la Réunion, avec ses 3069m), le Grand Bénare et ses 2898m d’altitude, le Gros Morne, le col du Taïbit… Par temps dégagé, on aperçoit même au loin la côte Est de l’île et l’océan.

Une paire de jumelles n’est pas inutile pour apprécier cet immense panorama. Repérer Marla, la Nouvelle, Roche Plate, ces îlets perdus dans les vallées ou accrochés aux plateaux du cirque, reliés par d’étroits sentiers et ravitaillés par hélicoptère.

Pour se rendre au Maïdo, c’est donc assez simple.

Branchez votre réveil et partez avant le lever du jour. On ne le répétera jamais assez. Autre conseil : pour ne pas arriver au panorama dans une purée de pois, différez vos envies d’arrêts (elles seront nombreuses) au trajet retour.

A une heure du littoral

Que vous veniez du Nord ou du Sud, empruntez la magnifique route des Tamarins. Au niveau du village de l’Eperon, la sortie Maïdo est indiquée. Vous rejoignez là les voitures qui arrivent des plages et du lagon (Saint-Gilles-les-Bains, Boucan-Canot ou de l’Ermitage) par la route du théâtre. Sinueuse, étroite, grimpante toujours grimpante, la route départementale puis forestière (la RF8 asphaltée) traverse les villages de Fleurimont, du Guillaume et la Petite-France.

point-de-vue-du-piton-maido-reunion

Crédit IRT/Emmanuel Virin

Elle s’élève progressivement, abandonnant les zones urbanisées pour serpenter dans les champs de cannes et les plantations de géranium, zigzaguer entre bosquets de mimosas et pâturages. Attention en sortie de virage à ne pas tomber nez à nez avec deux ou trois bœufs épris de liberté. Située à 1200m d’altitude, humide souvent dans les nuages, la Petite-France et ses bois de cryptomerias renvoient à des cartes postales de métropole. Les Vosges ou le Jura.

Plus haut, toujours plus haut, les habitations se font rares. Place aux tamarins des hauts, aux bambous calumets (espèces endémiques), aux fanjans (fougères arborescentes)… et dans les ultimes lacets à un paysage de broussailles, de lande, et de rocailles annonciateur de votre arrivée au Maïdo. Depuis le parking (gratuit), le balcon du Maïdo est à moins de 5 mins de marche. Perché à 2200m et séparé du vide par une barrière de bois, il s’étend sur plusieurs centaines de mètres de large. Il n’y a plus qu’à contempler….

Besoin d’un véhicule de location pour vous rendre au Piton Maido ?

Réservez votre voiture avec avis réunion

Kiosques et pique nique

aube-au-maido-a-la-reunion

Crédit IRT/Frog974

Redescendez tranquillement en voiture de location. Arrêtez-vous. Prenez votre temps, il est encore tôt dans la journée.

Le Maïdo et les hauts de Saint-Paul sont des lieux très appréciés des familles qui, à l’abri des Tamarins ou sous les nombreux kiosques, viennent y chercher la fraîcheur.

Aires de pique nique, gîtes et tables d’hôtes ne manquent pas.

Le dimanche, pendant les vacances d’été, les Réunionnais s’installent aussi le long de la RF9 qui, en 30km, relie la RF8, au dessus de la Petite-France (carrefour à 6 km du Maïdo, prendre à gauche), au Tévelave plus au sud, via l’auberge Les Fougères d’où vous regagnez la côte et la région de Saint-Leu.

Une route forestière superbe et pittoresque, bordée de bois de couleurs et de points de vue sur le littoral, avec ses radiers à franchir et ses multiples départs de sentiers. Un peu plus bas sur la RF8, à l’approche de la Petite-France (à une dizaine de kilomètres et 20 mins du site du Maïdo), plusieurs haltes s’offrent à vous entre 1200 et 1500m d’altitude. Ici, au Parc de loisirs du Maïdo. (tél : 02 62 32 40 32/ 06 92 36 51 65), avec notamment un parcours de quad, de la luge d’été et de la randonnée équestre… Là, des distilleries artisanales de géraniums avec leurs alambics à visiter et humer, notamment la Maison du géranium (tél : 06 92 82 15 00) ou encore Chez Nanou (tél : 06 92 61 75 43). Pas très loin, en direction de l’Îlet Alcide (prendre à droite en descendant du Piton Maïdo, juste avant le panneau la Petite-France), ne pas manquer la Forêt de l’Aventure (tél : 02 62 24 36 65/ 06 92 30 0154) : un parcours ludique et acrobatique d’un cryptomeria à l’autre. Si la taille minimum requise est de 1 m 40, une mini forêt de l’aventure est accessible dès 5 ans

Encore 20 à 25 min de voiture, vous êtes à Saint-Gilles-les-Hauts.

Deux options : gagner les plages en 10 min pour un bain mérité ou poursuivre sur quelques kilomètres en direction du lieu-dit Villèle pour découvrir le Musée de Villèle (tél : 02 62 55 51 91). Construit en 1787 par la famille Panon-Desbassyns, productrice de café puis de canne à sucre, ce domaine a été marqué par la personnalité de Madame Desbassyns qui, dans la première moitié du XIXe siècle, dirigea d’une main de fer cette plantation qui comptait plusieurs centaines d’esclaves.

Propriété du Département depuis 1974, ce musée permet de découvrir le quotidien des colons et celui de leur main d’œuvre. Profiter de cet arrêt, pour se rendre à la Chapelle Pointue, appelée ainsi en raison de la forme de son clocher et située un peu à l’écart. Edifiée en 1841 par la famille Desbassyns, elle a servi pendant longtemps à l’évangélisation des esclaves puis des engagés indiens.

De nombreux mariages y ont été célébrés. Détruite par un cyclone en 1832, reconstruite l’année suivante, cette chapelle est le premier bâtiment classé monument historique à La Réunion. A voir également non loin : la Chapelle la Misère. Ce temple tamoul aux couleurs vives, édifié en 1960 dans l’ancien campement d’esclaves et d’engagés, par le prêtre hindouiste Daniel Singaïny, est aujourd’hui un lieu de culte.

Offices habituels et fêtes religieuses en l’honneur des déesses Marliemin, Pandiali et Karli y sont célébrés. On accède à cette chapelle, symbole du développement de l’hindouisme, également par Villèle. Vers le Grand Bénare et Roche Plate Le Maïdo est également le point de départ de deux randonnées bien balisées. En longeant la falaise sur la droite, un sentier de 7 km, difficile, pentu, et dépourvu d’ombre (prendre de l’eau et un ravitaillement) mène cap au sud en un peu moins de 3 h, au Grand Bénare. Le sommet dont le nom signifie grand froid en malgache, domine les cirques de Mafate et de Cilaos.

En cours de chemin, il est possible, aux PK 2,4 ou 4,8, de bifurquer vers la grotte de la Glacière. Au XIXe siècle, ce lieu a été exploité pour produire des blocs de glace. Transportés dans des sacs (appelés gonis), ils étaient revendus sur le littoral. Une autre randonnée sportive conduit en 2h30 à Roche Plate, un îlet de Mafate équipé de plusieurs gîtes. A savoir : le sentier part de la route forestière peu avant le parking du Piton Maïdo. Démarrant à 2000m d’altitude pour finir à 1100m, il ne fait que descendre à l’aller et donc que remonter au retour.

Du Maïdo, il est aussi possible de regagner l’océan en VTT en empruntant sur une quarantaine de kilomètres des chemins aux niveaux de difficulté différents. Navettes depuis Saint-Gilles (tél: 06 92 18 12 12).