Appréciez les charmes de Salazie, le poumon vert de l’île pour vous ressourcer et admirer la nature qui nous entoure

Partir tôt en voiture de location à la découverte de Salazie, le plus accessible et le plus vaste des 3 cirques de La Réunion. Eviter ainsi les embouteillages. De Saint-Denis, cap à l’est par la RN2. 50 min suffisent pour traverser les grandes exploitations de cannes à sucre qui plongent dans l’océan Indien, contourner Saint-André et attaquer, en longeant la Rivière du Mât, les premiers lacets de l’étroite route (RD 48) qui grimpe au village de Salazie. Le chef-lieu du cirque éponyme s’est développé entre collines humides, plateaux verdoyants et ravines profondes (état des routes, Tél : 02 62 97 27 27).

Depuis les plages de la côte ouest, compter 30 min supplémentaires, via les routes des Tamarins et du littoral. Quelques virages avant Salazie, la cascade Pisse en l’air, marque symboliquement (en arrosant… le toit de votre véhicule) l’entrée dans ce cirque qui n’est que cascades vertigineuses, torrents impétueux, vallées encaissées sèches ou luxuriantes, qu’une cinquantaine de kilomètres de sentiers balisés permettent de parcourir ou d’approcher

montagne-salazie-ile-de-la-reunion

Crédit IRT/Stéphane Michel

Besoin d’un véhicule de location pour visiter la Réunion?

Je réserve ma voiture de location avec Avis Réunion

Un peu d’histoire sur le cirque de Salazie

Salazie est le bourg principal et le chef-lieu du cirque. C’est ici, et un peu plus haut, près de Mare à Poule d’eau, qu’après le cyclone de 1829, se sont installés les premiers colons venus de la région Saint-Benoît. Le cirque où vivent actuellement 8000 habitants, était alors essentiellement peuplé par des noirs marrons. Fuyant les propriétés et leur condition, ces esclaves avaient trouvé refuge dans les terres les plus reculées de l’île.

Beaucoup de noms de lieu témoignent encore de cette période : piton d’Anchaing du nom de cet esclave qui se refugia sur ce piton dressé au milieu du cirque, le Cimandef, plateau Sisahaye, Bé-Mahot, Bélouve, Bé-Cabot, Piton Bénoune. Salazie aurait d’ailleurs pour origine le mot Saolozy qui signifie « bon campement » en malgache. Découvrir le cirque de Salazie Crédit Image: Evirin Le village de Salazie mérite une halte, s’informer à l’office de tourisme (Tél : 02 62 47 89 89 / 06 92 09 31 88).

Vous pouvez effectuer quelques courses dans les boutiques de la rue centrale dans la perspective d’un pique-nique à moins que vous n’optiez pour une table d’hôte ou l’un des nombreux restaurants. Ou pour s’intéresser à l’imposante église Notre-Dame de l’Assomption, flanquée de ses 2 tours de chaque côté du portail. Elle a été construite en 1941 à l’initiative du père Bourasseau, un prêtre encore très vénéré par la population. Prenez le temps de découvrir son caveau, couvert d’ex-voto de Réunionnais qui le remercient d’avoir permis guérisons, réussites aux examens, mariages heureux…

Le voile de la mariée et Grand-Îlet

salazie-ile-de-la-reunion

Crédit IRT/Dronecopters

 

 

A la sortie de Salazie, sur la gauche de la route, s’arrêter au Voile de la Mariée, le must du cirque.

Cette cascade, très large, surtout lorsque le débit est important, tombe de plusieurs dizaines de mètres dans la ravine, située juste en contrebas de la route et du parking.

Elle doit son nom à une triste légende et à l’effet vaporeux de ses chutes uniques.

Amanda, une jeune mariée fuyant son père qui n’acceptait pas son union, y aurait chuté en laissant son voile accroché dans les branchages.

Deux possibilités s’offrent ensuite : prendre à droite la direction de Grand-Îlet par la RD 52 et Mare à Vieille Place ou poursuivre sur la RD 48 vers Hell-Bourg pendant une vingtaine de minutes (13 km).Grand-Îlet que l’on atteint en un petit 1/4h depuis Salazie a longtemps été un écart oublié. Jusqu’en 1963, la route tortueuse commencée en 1958, s’arrêtait quelques kilomètres après Mare à Vieille Place au radier du Bras Fleurs Jaunes ; voyageurs et habitants effectuant les derniers kilomètres à pied.

Ne dit on pas que c’est à Grand-Îlet, qu’ont été enregistrées les plus fortes chute de pluies au monde ? Le 26 janvier 1980, lors du cyclone Hyacinthe, il est tombé 1140 mm de pluie en … 24h. Pas étonnant que ce hameau, situé à 1100 m d’altitude, évocateur de ce qu’était La Réunion des hauts autrefois, soit une terre de maraîchage. Non loin de l’église Saint-Martin et de ses murs en bardeaux de tamarins, est cultivé ce qui fait la réputation de la cuisine réunionnaise et alimente les bazardiers des marchés de l’île : volailles, bibasses, pêches, bananes, agrumes… et surtout la cristophine que l’on appelle ici le chouchou.

Le chouchou, légume originaire du Mexique et introduit en 1840 par Sully Brunet est l’emblème du cirque. S’il est essentiellement recherché pour son fruit et ses feuilles, le chouchou doit aussi sa renommée à ses tiges dont la paille a été longtemps utilisée pour la confection de chapeaux, encore très portés dans le cirque.

Départ pour randonner à Mafate

Lieu de départ pour randonner, Grand-Îlet est l’une des portes d’accès pour découvrir le cirque de Mafate. Poursuivre en voiture en prenant à gauche en direction du col de la Fourche.

Arrivé au Bélier, emprunter alors la route forestière du Haut Mafate de 24 km. Ce tronçon est asphalté. Se garer au parking payant. Compter 2h de marche pour atteindre le village de la Nouvelle.

Cette promenade donne un bon aperçu de ce qu’est la vie à Mafate où l’on n’accède pas en véhicule. Si le temps ou le courage manquent, monter au moins jusqu’au panorama, situé à 1/4h de marche du parking.

Le point de vue est magnifique. Sous vos yeux de gauche à droite : le contrefort du Gros Morne, le col du Taïbit, la Plaine des Tamarins et enfin la Crête des Calumets.

cirque-de-salazie-a-la-reunion

Crédit IRT/Emmanuel VIRIN

Impossible de faire un circuit en boucle dans le cirque

Pour rejoindre Hell-Bourg en 25 m (21 km) depuis Grand-Îlet, il faut d’abord redescendre quasiment jusqu’au village de Salazie non sans avoir fait un stop à Mare à Vieille Place, hameau situé à 8 km de Grand-Îlet. De son belvédère unique, défilent sous vos yeux des sites aux appellations aussi charmantes que la Roche Ecrite,Piton Fougères, le plateau du Mississipi, la cascade Mathurin…

Après avoir récupéré la RD 48, quelques lacets, bordés d’impressionnants glissements de terrain et d’impénétrables lianes de chouchous, aboutissent au petit parking de la Mare à Poule d’eau (à droite de la route peu avant l’entrée du lieu-dit). 5 min de marche en longeant la Rivière du Mât suffisent pour découvrir ce plan d’eau bien aménagé pour les sorties dominicales. Classé parmi les plus beaux villages de France, Hell-Bourgest une ancienne station thermale. Elle doit son origine à la découverte de sources d’eaux chaudes par 3 chasseurs près de Bé Mahot en 1831. Le cyclone de 1948 a emporté définitivement les sources et provoqué la fermeture des thermes dont il subsiste quelques vestiges. Mais Hell-Bourg est resté un lieu de villégiature pour la bonne société réunionnaise et les touristes. Hôtels et restaurants typiques, maisons créoles, cases de « changement d’air » rénovées confèrent à ce village une architecture et un urbanisme remarquables.Propriété privée, la Villa Folio (Tél : 02 62 47 80 98) avec ses lambrequins, ses toits en tuile de zinc, son mobilier ancien en palissandre, son jardin coloré de poinsettias, orchidées, plantes médicinales et carnivores est une visite à ne pas manquer.

Tout comme celle très poétique de l’ancien cimetière toujours fleuri ou celle plus ludique de l’élevage de truites. Départ pour randonner Comme Grand-Îlet, Hell-Bourg est un lieu de départ de nombreuses promenades : la Source Manouilh, l’Îlet à Vidot(terminus de la RD 48), Terre-Plate, le Piton des Neiges par le Cap Anglais… Ou encore l’aire de pique-nique et le gîte de Bélouve, juchés sur le rempart de Salazie, qu’il est possible de rejoindre en 1h30. Une étape recommandée pour les marcheurs qui veulent découvrir le Trou de Fer, tôt dans la matinée.